Eglise Saint Jacques – La Chapelle Rousselin

Incendiée durant les guerres de Vendée (1793), l’église Saint Jacques le Majeur à la Chapelle-Rousselin a été reconstruite.

Sa large nef unique plafonnée en lambris peut contenir 300 fidèles.
Les bas-côtés datent de 1843 et de 1863. Une arcade ogivale s’ouvre sur le choeur occupé par un vaste retable de la fin du XVIIème siècle, aménagés par le curé Boussicault.

Le second bas-côté est prolongé d’une chapelle ouverte sur le choeur, cette dernière accueille les enfants de l’école de garçon durant l’office, un espace était réservé à l’école des filles dans la nef.

Une reconstitution de la grotte de Lourdes a été faite en 1875, elle témoigne du retentissement de Bernadette de Soubirous dans toute la France.

A la Chapelle-Rousselin, lors de la bénédiction de la petite grotte, une bannière fut offerte à l’Association des Enfants de Marie.
Pendant les processions, les jeunes filles de la paroisse portaient cette bannière, certaines revêtaient les insignes de vertu (foi, espérance, charité).

L’autel majeur paré de pampres de vigne dorés rappele la parole du Christ: Je suis la vigne et vous les sarments.

Un édifice religieux déjà dédié à saint Jacques est desservi dès le XIe siècle par les moines du prieuré Saint-Pierre de Chemillé.

L’église, incendiée en partie en 1793, est reconstruite au lendemain de la Révolution. Elle se compose alors d’une nef unique.

Pour accroître sa capacité, deux bas-côtés sont ajoutés en 1843 et en 1863.

Une statue de Notre-Dame en tuffeau peint, malheureusement mutilée, est placée au XVIe siècle par les moines bénédictins de Chemillé.

Une chaire en bois sculpté, à cinq faces, représente le Christ juge et les quatre évangélistes.

Œuvre de l’artiste lézinois Denis Gledu, les trois rétables ont été installés par l’abbé Nicolas Boussicault, décédé en 1791.

Le rétable du choeur représente en son centre une Crucifixion. Au-dessus, des angelots dans une nuée entourent le triangle, symbole de la Trinité, avec l’oeil de Dieu à l’iris bleu.

Sont présents, saint Jacques, patron de la paroisse, pourvu de ses attributs, le bâton de pèlerin et la coquille, et l’évêque saint René. Saint Jean-Baptiste et la Vierge à l’Enfant sont installés dans les retables des autels latéraux.

Source : Petit patrimoine

Liker, Partager, Commenter

Partager sur facebook
Sur Facebook
Partager sur twitter
Sur Twitter
Partager sur pinterest
Sur Pinterest
Partager sur email
Par Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Envoyer un message